Friday (Isaac) Newton Blogging: Monday Cosmology Edition.

Update:  See correction below.**

(Cross-posted at Cosmic Variance.)

Let me just admit up front that I am a glutton for punishment.

Exhibit A: last year I read the Principia for pleasure.*

That’s not exactly right– it is more accurate to say that in the context of writing a book on Isaac Newton’s role as currency cop and death penalty prosecutor, I found myself reading the Principia as literature rather than the series of proofs it appears to be. Just like John Locke, who had to ask Christiaan Huygens if he could take the mathematical demonstrations on faith (Huygens said he could), I read to see what larger argument Newton was making about the ways human beings could now make sense of material experience. (This is, by the way, the only connection I can imagine that Locke and I share.)

What I got out of the exercise, more than anything else, was a reminder of how something we now mostly take for granted is in fact truly extraordinary: taken all in all, it seems genuinely remarkable that cosmology exists at all as a quantitative, empirical science.

That is: it is not obvious – or at least it wasn’t, all that long ago, that it would ever be possible to treat the universe as a whole as an object of study – especially given our very constrained vantage point from within that which we want to examine.

Most accounts of the story of modern cosmology more or less unconsciously downplay the strangeness of the claim that we can in fact make sense of the universe as a whole. They begin – mine did — with Einstein and the 1917 paper “Cosmological Considerations in the General Theory of Relativity, (to be found in English translation here.) Cosmology in this telling becomes more or less an inevitable extension of a recent advance in theoretical physics; the change in worldview precedes this extension of the apparatus of general relativity into a new calculation.

I recant: though I certainly wrote my version of this basic tale, reading Newton has reminded me of the much more radical change in the understanding of what it is possible to think about that had to precede all that cosmology (among much else) has achieved.

It certainly was not clear that the universe as a whole was subject to natural philosophical scrutiny in 1684, the year of Edmond Halley’s fortunate visit to Trinity College, Cambridge, and his more-or-less innocent question about the curve traced by a planet, assuming “the force of attraction towards the sun to be reciprocal to the square of their distance from it?  that would produce an elliptical planetary orbit with the sun at one focus.

An ellipse  inverse square relationship, Newton told Halley.

How did he know?

Why – he had calculated it.

By 1686, Newton had extended and revised his off-the-cuff answer into the first two books of Principia, both titled “The Motion of Bodies.” These pursued the implications of his three laws of motion through every circumstance Newton could imagine, culminating in his final demolition of Cartesian vortex physics.

But even though he had worked through a significant amount of mathematical reasoning developing the consequences of his inverse square law of gravitation, he left the ultimate demonstration of the power of these ideas for book three.

Books one and two had been “strictly mathematical,” Newton wrote. If there were any meat and meaning to his ideas, though, he must “exhibit the system of the world from these same principles.”

To make his ambitions absolutely clear Newton used the same phrase for the title of book three. There his readers would discover “The System of the World.”

This is where the literary structure of the work really comes into play, in my view. Through book three, Newton takes his audience through a carefully constructed tour of all the places within the grasp of his new physics. It begins with an analysis of the moons of Jupiter, demonstrating that inverse square relationships govern those motions. He went on, to show how the interaction between Jupiter and Saturn would pull each out of a perfect elliptical orbit; the real world, he says here, is messier than a geometer’s dream.

He worked on problems of the moon’s motion, of the issues raised by the fact that the earth is not a perfect sphere, and then, in what could have been a reasonable resting point for the book as a whole, he brought his laws of motion and gravity literally down to earth, with his famous analysis of the way the moon and the sun influence the tides.

Why not stop there? The story thus far had taken gravity from the limits of the observed solar system to the ground beneath each reader’s feet. More pragmatically – it told a story whose significance Newton’s audience would have grasped immediately: the importance of understanding the rules governing tides was obvious enough to the naval powers of the day.

No matter. Newton kept on going. The last section of his world-system turned to the celestial and seemingly impractical: the motion of comets, in an analysis of the track of the great comet of 1680

Newton presented his findings through two different approaches: one produced by collecting all the data points he could of traveler’s observations and plotting the comet’s track against those points; and the other in which he selected just three points and calculated the path implied.

The two analyses matched almost exactly, and both showed that this comet did not complete a neat, elliptical orbit. Rather, it traced a parabola.

Newton knew what he had done. He was no accidental writer. A parabola, of course, is a curve that keeps on going – and that meant that at the end of a very long and very dense book, he lifted off again from the hard ground of daily reality and said, in effect, look: All this math and all these physical ideas govern everything we can see, out to and past the point where we can’t see anymore.

Most important, he did so with implacable rigor, a demonstration that, he argued, should leave no room for dissent. He wrote “The theory that corresponds exactly to so nonuniform a motion through the greatest part of the heavens, and that observes the same laws as the theory of the planets and that agrees exactly with exact astronomical observations cannot fail to be true.” (Italics added).

And now, finally, to get back to the point: this, I would argue, was the essential first and in some ways the most difficult step in the foundations of cosmology. With it Newton transformed the scale of the universe we inhabit, making it huge, perhaps infinite. Even more important, he demonstrated that a theory that could not fail to be true made it possible to examine one phenomenon — matter in motion under the influence of gravity — throughout all space.

That thought thrilled Newton’s contemporaries – Halley caught the mood in his dedicatory poem to the Principia, writing that “Error and doubt no longer encumber us with mist;/….We are now admitted to the banquets of the Gods;/We may deal with laws of heaven above; and we now have/The secret keys to unlock the obscure earth….” To catch a distant echo of that euphoria, just imagine what it would have been like to contemplate that ever receding comet, fifteen years into its journey towards who knew where at the time of Newton’s writing, and know that its behavior was knowable through an extraordinary act of human invention.

It’s a whole ‘nother story to ask what it would take to create a similar sense of pride and pleasure in a general audience today. But just to get the discussion going, I’d suggest that one of the oddities of contemporary cosmology as presented to the public is the degree to which the universe at large has become more homey; the very success in making the argument that there is a continuous scientific narrative to be told from the Big Bang to the present makes it harder to see just how grand a claim that is.

So, to end with an open invitation to this community: what would make current physical ideas as powerful and as intelligibly strange as Newton was able to make his story of a comet traveling from and to distances with out limit?

Last housekeeping notes: in one of the more premature bits of self-promotion in publishing history, the Newton material discussed above derives from my book, tentatively titled Newton and the Counterfeiter, coming early next year from Houghton Mifflin Harcourt (and Faber, for those of you across the pond).

Also – my thanks again to Sean Carroll for welcoming me to Cosmic Variance.

*If you are minded to pick up a copy of Principia, get this edition. Not only is it a well made book, easy to look at, well printed, with clear diagrams, it comes with the invaluable guide to reading the Principia written by I. Bernard Cohen. Accept no substitutes.

**Thanks to reader and award-winning physics teacher David Derbes for catching my inversion of the problem Halley put to Newton.  Let this be a lesson to me:  blog in haste; check one’s notes at leisure; repent in public.

Image: Woodcut by Jiri Daschitzsky, “The Great Comet of 1577.” Source: Wikimedia Commons.


About these ads
Explore posts in the same categories: astronomy, big ideas, Cosmology, good public communication of science, History of Science, Isaac Newton, Newtoniana, Uncategorized

Tags: , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

6 Comments on “Friday (Isaac) Newton Blogging: Monday Cosmology Edition.”

  1. Sam Cox Says:

    To my mind, all meaningful scientific achievement must be founded on a good understanding of the history of science. Success in the scientific process depends at its’ outset on the formulation of problems, and to formulate appropriate problems we must understand what has already been intellectually and experimentally achieved. We must also be familiar enough with the history of science…in a detailed enough way, that we can detect potential conceptual flaws in current models, or, also, possible conceptual extensions from them.

    Your careful study of Newtons work indicates that you rightly value the study of the history of science highly! Even in a 21st century world in which Einsteinian/Quantum concepts have superceded Newton, we still speak with conceptual justification, of Newtonian (almost instantly propagating) gravity!

    A very nice blog!


  2. […] για τον Νεύτωνα και την κοσμολογία του στα Principia, δημοσιευμένο ταυτόχρονα στο μπλογκ του, Inverse Square Blog και σαν guest στο Cosmic Variance. Μεταφράζω αδέξια: Δεν ήταν […]

  3. Tom Says:

    I don’t edit comments much — spam that slips through the filter and stuff that really, really pisses me off (one so far in the history of the blog), but it should be noted that the above is the reason why I always wince when I publish/broadcast anything on certain subjects. Just to remind everyone: this blog is not the place to post your deepest insights into the fundamental nature of reality. Do it on your site, ok?

  4. Tom Says:

    Note — to make clear about the above. I just deleted a very long theory of the universe posted by commenter ancelmo luiz graceli.

  5. ancelmo luiz graceli Says:

    COSMOLOGIE- AUTOCOSMO. graceliana
    COSMOFÍSICA et ASTROPHYSIQUE.
    Auteur – Ancelmo Luiz Graceli.

    Ancelmoluizgraceli@hotmail.com
    Tel. 27- 32167566 Rue Itabira, n° 5, Ensemble Itapemirim, Rose du
    Penha, Cariacica, E.S. cep.29143 -269. Brésilien, enseignant,
    graduation dans philosophie et chercheur théorique.
    Livres publiés – ASTRONOMIE, et MONDE des INTERACTIONS PHYSIQUES.

    Collaborateur – Marcio Piter Rangel.

    Travail présenté SECT – Saint-Esprit – Brésil.
    Et la Société Brésilienne de Physique.
    Introduction publiée dans le WEB par le Vestibule Facteur Brésil –
    Canal Profil. Le jour 30.01.2008. Si autres théories avec des
    fondements et tu formules ont eu de l’acceptation, par que celles-ci
    n’auront pas ? Donc, possède tous les fondements et toutes les formes
    de calculs, et que se confirment avec la réalité et le commentaire
    jusqu’à aujourd’hui atteint. Avec plus de cent et dix formules, avec
    les les plus variées formes de dese calculer d’un même phénomène,
    avec plus de deux cents fondements dans toutes les secteurs de la
    physique moderne. De même, avec de nouvelles prévisions à
    l’intérieur de la cosmologie et de l’astronomie.

    Présenté Revista de Ensino de SBFISICA. Soced. Bras. de Física.

    Brazilian Journal of Physics – SBFISICA

    PRODUCTEUR DE LUI.

    L’univers est un système vivant et dynamique de production et une
    structuration, où produit sa propre énergie pour son fonctionnement,
    structuration et dynamique, étant que l’énergie agrandit à la
    proportion qui va en réaliser son fonctionnement, et est un système
    de courant, où le même interaction qui produit les éléments
    chimiques, produit les astros par fusion. Et aussi produit des champs,
    du maser, augmentations températures, dynamique, orbites, structures
    des astros, et l’éloignement dans l’univers. C’est-à-dire, il est un
    producteur de lui, de sa structure et de son fonctionnement. Ainsi,
    c’est une constante production d’intégration et de désintégration.

    ÂGE DE L’UNIVERS.

    Avec ceci, se peut déduire que l’univers ne possède pas une origine
    déterminée dans le temps, beaucoup moins dans quelque place de
    l’espace, et ne possède pas une origine déterminée dans la
    structuration de la matière et des astros qui le composent.
    Néanmoins, a âge infini, donc l’espace dense a toujours été là et
    en produire de l’énergie, matière, jusqu’à dearriver à des astros.

    FORME D’ÊTRE DE L’UNIVERS

    De contraction par l’espace dense.
    D’éloignement par le maser.
    D’agglutination par le matériel du maser.

    L’univers passe par des courants tant que produit les éléments
    chimiques dans les interactions de fusions nucléaires dans le centre
    des astros, où produit de l’énergie au à traitement les
    interactions physiques et produire sa structure d’astros, orbites et
    dynamique.

    SUR le MOUVEMENT

    Si le mouvement celle-ci rapporté avec le maser, augmentations
    températures, et interactions physiques à l’intérieur des astros
    qui sont libérées dans l’espace dense pour développer leur
    dynamique. Bientôt le mouvement est naturel et dynamique, et varie
    comme les situations de production d’énergie dans laquelle se trouve
    l’astro. Et si la dynamique obéit à un courant, ensuite le mouvement
    est dynamique, disforme et variable.

    SUR l’ESPACE DENSE.

    Espace dense produit la matière, tant que la matière déjà produite
    produit les astros et les éléments chimiques vont en être fondu
    dans les étoiles et secondaires.
    SUR la MATIÈRE

    La matière sont des filaments de l’espace dense contracté, qui va
    structurer l’univers dans matière, astros, éléments chimiques,
    maser, augmentation température, et dans l’univers acte dynamique.

    SUR COSMO

    L’univers est acte dynamique et tant que produit l’énergie les
    interactions physiques vont en être des processadas, et le maser en
    agissant et en éparpillant la matière, les astros sont dans
    dynamique par l’énergie elle-même et maser, les éléments chimiques
    évoluent et ils s’améliorent, améliorant la matière et en
    structurant l’univers, la cosmo se contracte par l’espace dense, et
    s’élargit par l’action du maser, ensuite l’univers est vivant et acte
    dynamique.

    SUR le TEMPS

    Le temps n’existe pas, ce qui existe est la minuterie de la mémoire
    marquée par le fonctionnement du cerveau mange forme de conscience
    dont arrive entre des intervalles d’événements. Nous pouvons
    considérer le temps comme quelque chose secondaire, qui existe en
    fonction du fonctionnement de la conscience produite par le
    fonctionnement du cerveau. La vitesse de la minuterie de l’homme est
    la vitesse de fonctionnement du cerveau humain.

    SUR l’ÉLOIGNEMENT et l’ÉLARGISSEMENT de COSMO.

    Ainsi, la dynamique de l’univers est provenant du constant maser, donc
    que son élargissement se trouve dans progression décroissante.
    Et les astros sont apparues de l’agglutination de l’espace dense, tant
    que le maser et les hautes températures désintègrent les astros.
    Bientôt dans l’avenir et en cette partie et stage de l’univers dans
    lequel dans eux nous trouvons les astros seront plus froids et
    moindres.

    Ainsi, les astros sont libérées et libres dans l’espace, et non
    arrêtées par de prétendus champs, où la rotation des galaxies est
    mineur que la traduction.
    Tant que la matière apparaît de l’espace dense, où sont produites
    les astros, autres se forment aux autres points de l’espace, tant que
    la dynamique est commune les tous les astros et non seulement dans les
    galaxies. Preuve de ceci nous avons le système solaire. Avec ceci
    nous voyons que l’élargissement est une production constante par le
    maser, et non par une supposée grande explosion. Donc le même
    phénomène qui produit la traduction, rotation, orbites, produit
    aussi l’élargissement, donc que l’éloignement est progressif
    décroissant, grandit progressivement, néanmoins a un pourcentage de
    diminution dans la progression.

    L’univers tendra à se dissiper et se diluera dans des astros
    moindres, et avec petite énergie, tant qu’en autres parties
    s’initiera autres univers avec le matériel de l’espace dense.
    L’univers possède trois formes fondamentales de production un 1 –
    structurel, qui produit la matière et de la forme à elle, 2-outra
    d’action qui donne vie la matière, qui sont les interactions
    physiques, énergie et maser à l’intérieur des astros.
    de 3 – de production de nouvelles astros et éléments chimiques.

    SUR la FORMATION et l’ÂGE de ASTROS du SYSTÈME SOLAIRE

    Il se confirme que les asteroïdes ne sont pas parfaitement ronds,
    donc pour ils la plupart sont un peu aplati et allongé. Il se
    confirme qu’ils sont en résultant de tablettes de matériel
    expulsées de quelque planète ou du Soleil, étant des masses plus
    inteiriça et produites d’un seuls moments, tant que des planètes et
    des satellites sont des astros ronds, où se confirment qu’a y eu une
    formation lente de superposition de composantes de leurs primaires
    expulsées par des masers. Ceci si confirme que les sphériques ont
    pris plus temps pour se former, et confirme la théorie ici exposée.

    Troisième partie.

    COSMOFÍSICA d’INTERACTIONS et ÉNERGIE.

    L’univers ne pourrait pas apparaître d’une boule d’énergie ou de
    matière pour exploser, donc apparaît à la question, de où est
    apparue cette boule de matière, et combien temps elle était là
    avant l’explosion, et ce qui l’a formée.

    Nous voyons que la production de la matière et de l’énergie est un
    processus constant de fusions nucléaires, une évolution d’éléments
    chimiques et une structuration de nouvelles astros et des galaxies
    dans l’espace et autres constants phénomènes qui forment notre lent
    univers. Bientôt, l’univers est sans début et sans fin, dans le
    temps, dans l’espace, dans la matérialisation et la production.

    La phase de l’astrophysique et la cosmofísica, qui est de la
    production d’énergie, de maser et de ce de la désintégration par
    maser et de l’intégration de matériel avec petite température dans
    l’espace, et où sont apparues les astros périphériques.

    Si l’univers était apparu d’une grande explosion la matière déjà
    existerait avant l’univers, et ceci et possible de ne pas être, ce
    que nous voyons en vérité est que la matière est partie d’une
    procédure lente, comme est lente la formation des éléments
    chimiques, comme c’est lente et constante la formation des astros et
    de l’univers lui-même.

    Une des preuves puissantes de la formation lente de l’univers et de
    son début de dehors pour à l’intérieur si en se fermant sur lui
    jusqu’à se rendra matérialisé, et que les astros sont constituées
    de couches avec plus grandes et moindres densités, avec plusieurs
    couches un sur les autres, et un refroidissement progressif jusqu’à
    l’intérieur des astros. Bientôt, l’univers n’apparaîtrait pas d’un
    point, de un à l’intérieur pour dehors.

    STRUCTURES DANS DES COUCHES.

    Ainsi, l’univers deêtre un processus lent, et de dehors pour à
    l’intérieur et fait de couches, nous constatons dans la rotation et
    la dynamique des anneaux de Saturne, comme aussi dans la structure de
    l’atome, et dans la structure de la planète Terra, ou même dans
    l’atmosphère de la Terre et de Jupiter. La matière et l’univers sont
    faits de dehors pour à l’intérieur par l’espace dense, et les astros
    aussi par le matériel du maser.

    Une grande explosion ne donnerait pas du début à l’univers, donc ce
    s’était le marie déjà existerait avant l’explosion, et ce qui
    produirait la structure et l’énergie pour exploser.

    Les éléments chimiques pesé aussi sont des produits d’un processus
    lent de formation.

    PHASES – PLUSIEURS UNIVERS.

    Il y a plusieurs univers. De bulle d’espace dense, d’énergie d’espace
    dense, et de la matière ait exempté dans l’espace, et l’de la
    matière estruturalizada dans des astros et le maser et les
    augmentations températures.

    Les champs, atomes, astros et la cosmo elle-même comme tout sont
    déterminés par l’énergie et l’intensité des interactions physiques
    dans lesquelles ils se trouvent comme aussi les orbites, dynamiques
    des astros et atomes. Même l’évolution des éléments chimiques et
    de l’évolution de la matière et des astros et de la cosmo comme tout
    est en résultant de l’intensité des interactions physiques et de la
    production d’énergie.

    Les étoiles brillent grâce à les fusions nucléaires spontanés
    dans leurs coeurs, où des éléments légers sont transformés dans
    des éléments chimiques pesé.

    Nous voyons dans l’univers que tant que des étoiles diminuent autres
    fleurissent tout ceci se donnent dans un processus lent de création
    et brouillage dans de nouveaux éléments et nouvelles astros.

    Avec ceci o cosmo se rend infini dans son origine et dans la
    production, nous voyons qu’y a plusieurs types d’univers un plus
    vieux, autres plus nouveaux et autres différents, qu’est créé par
    un Dieu calme, construisant cosmos, êtres et âmes pour le bien.

    CONTESTATION de l’EXPANSION.

    Ce que donne une apparence d’avoir une immense expansion sont la
    traduction et à rotation des galaxies, en vérité la traduction est
    immensement plus grande que l’éloignement entre les astros.

    Si les astros étaient si en s’éloignant en ligne droite par l’âge
    proposition jusqu’à ici de l’univers, tous les astros seraient aussi
    éloignés que serait impossible de de voir ni le Soleil, plus le
    rouge de l’effet Doppler. Il se conclut que l’univers n’est pas dans
    expansion, mais dans traduction et rotation, et un éloignement minime
    milliards de fois moindres dont quelconque traduction.
    Toutes les galaxies sont si en ouvrir comme un tournesol,
    c’est-à-dire, si en s’éloignant de son centre, et dans traduction et
    rotation donc que nous avons une notion d’une immense expansion,
    néanmoins ceci est une apparence de l’effet de la traduction et une
    rotation des galaxies, donc du contraire elles seraient infiniment
    éloigné un des autres, étant impossible d’d’enregistrer leur
    position ou même quelconque forme de lumière, même si du Soleil.
    Ils vu que possèdent origine infinie et production constante.

    Donc nous avons la notion de que toutes sont si s’en éloigner du
    Soleil, donc avec la rotation et la traduction l’effet Doppler pour le
    rouge est enregistré avec plus grande intensité, et qui donne une
    apparence dont le Soleil est dans le centre de l’univers, donc le
    mouvement est plus translacional et dont rotative d’éloignement.

    Si l’expansion était produit d’une grande explosion les galaxies
    infiniment éloignés et seraient déjà garées dans l’espace.
    Ainsi, deêtre possible de détecter l’apparence des galaxies et sa
    dynamique, constate que l’univers ne s’est pas donné lieu d’une
    grande explosion et ni la prétendue expansion est produit d’une
    grande explosion, ensuite l’univers est infiniment vieux, et sa
    prétendue expansion est origine et produit de son maser, et est
    freinée par l’espace dense. Et partie de ce que nous détectons comme
    expansion est l’apparence de la traduction et la rotation des
    galaxies.

    Avec le temps pour la formation de la matière, avec le temps de
    l’évolution des éléments chimiques, formation des astros,
    esferficação de la structure externe des astros, se voient que
    l’univers est infiniment vieux, ensuite si la prétendue expansion est
    rapportée à une supposée grande explosion ne donnerait pas pour
    détecter l’existence des galaxies dans l’espace, donc seraient
    infiniment éloignées.

    Comme aussi, de où apparaîtrait la matière pour deproduire une
    grande explosion.

    L’origine de la matière par l’espace dense, évolution des éléments
    chimiques, formation et esferificação presque que parfaite des
    astros, des couches de l’atmosphère et de la structure des astros et
    l’existence des galaxies confirme la théorie de l’origine de
    l’univers par l’espace dense, la production de l’univers par les
    interactions physiques et les fusions. Et la dynamique par l’énergie,
    l’impulsion par le maser et par les interactions physiques, comme
    aussi le frein cosmique de la dynamique des astros par l’espace dense.

    Ainsi, l’univers n’a pas été produit au un seuls moments dans une
    grande explosion et ne se trouve aussi pas dans expansion, mais dans
    un éloignement minime et insignifiant, des milliards de fois moindres
    dont quelconque vitesse de traduction et est facile de se
    représenter.

    Si la planète Netuno a autant kilomètres d’éloignement du Soleil et
    lui s’est développés jusqu’aujourd’hui à combien à de baisses de
    prix autour du Soleil et avec que vitesse. Ce calcul sert pour
    quelconque astro.

    CALCUL D’ÉLOIGNEMENT DE L’UNIVERS.

    Éloignement dans km du primaire/nombre de baisses de prix sur
    l’primaire * arc de s’éloigne dans km de la traduction = la valeur
    approximative d’éloignement d’une astro depuis le début de sa
    formation.

    Exemple.

    Le rayon du Soleil jusqu’à la Terre a 150.000.000 de km, étant que
    je le circule dans baisse de prix a approximativement 3,5 fois ce
    rayon, et que la Terre a déjà donné plus de 1.000.000 de baisses de
    prix, c’est-à-dire, nous pour decalculer l’éloignement de la Terre,
    avons que
    Considérations.

    Preuves dont l’univers sont des processus de structuration infinie.

    Ce que preuve que l’univers si structure par un processus lent est à
    travers l’esferificação des astros et que la terre être formée du
    coeur et des couches, donc la preuve que les astros sont formées de
    superposition de matériels petits qui ont été expulsés par autres.
    Donc si l’univers était produit au un seuls moments par une grande
    explosion la terre serait formée par une tablette inteiriço.
    Avec l’esferificação et les couches preuve que l’univers est des
    milliards de fois plus vieilles de ce que se pense aujourd’hui.

    Et si c’est infiniment vieux et en considérant la vitesse et
    l’apparence pour le rouge observé, avec ceci se conclut que nous ne
    verrions le soleil et aucune étoile dans l’espace, donc le temps qui
    se trouve dans vitesse elles seraient infiniment éloigné, et ce ne
    serait capable d’observer aucune astro dans l’espace.

    Considérations sur une théorie de la cosmologie et astronomie.

    Une théorie de la cosmologie et de l’astronomie doit se baser dans
    l’univers général, de l’origine de la matière, des particules,
    origine des éléments chimiques et sa structuration, traitement, et
    évolution, fusion nucléaire des astros, maser, température,
    structuration et structure des astros, l’univers comme un système
    dans évolution dans sa constitution macro, le général et le micron.

    Ce que c’est l’univers.
    C’est espace dense, matière densificada, processus et structure,
    courants et évolution, sans début et fin.

    La structure de l’espace dense.
    Comme les gaz qui sont légers, invisibles ils et flottent l’espace
    dense est des millions de fois petite densificado.

    Hypothèse fausse de la grande explosion.
    Tout avant exploser premier doit être formé de quelque élément, ou
    de quelque structure de matière ou d’espace dense, ensuite est fausse
    l’hypothèse de la grande explosion.

    Sur le temps cosmologique.

    Le temps cosmologique est le temps qui représente l’énergie et le
    traitement dans un système d’astros.

    Cosmofísica.

    Univers de processus infimes.

    Ce que componhe et détermine la cosmo dans sa structure sont leurs
    processus physiques, production de particules et éléments chimiques
    et son évolution, dans les coeurs où les fusions estelares arrivent,
    c’est-à-dire, l’univers micron détermine la macro et le général,
    un système de galaxies seulement va s’ouvrir conforme à l’intensité
    de processus physiques qui sont produits dans le système. Il aura
    lumière et formes et courants, composantes chimiques, fusions
    conforme le traitement physique général.

    De la multiplicité de l’univers.

    L’univers est multiple, c’est-à-dire, sont plusieurs dans plusieurs
    stages d’origine, traitement, structuration, courant et
    désintégration.
    Il a origine par la densité de l’espace qui forme la matière,
    ensuite l’énergie et pendant le processus forme les éléments
    chimiques et les astros.

    Du courant de l’univers.

    L’univers si structure de dehors pour à l’intérieur [ par
    intégration de l’espace dense ] après à l’intérieur pour dehors [
    par désintégration de la matière ] par les processus et les fusions
    de la matière et dans les coeurs des astros.
    Se réintègre à nouveau personne en formation astros moindres et
    avec petite énergie, ensuite se désintègre dans maser, et se
    réintègre dans astro, et le courant et les processus continue
    jusqu’à la matière à se rendre diffuse et avec peu d’énergie.

    Comme exemple a de l’espace dense et la matière, de la matière à
    l’astro, l’étoile qui produit du maser, qui va produire planètes,
    qui va produire du maser et l’atmosphère, qui va produire du maser,
    des anneaux et satellites, et le courant et processus estruturantes et
    desistruturantes continuent infiniment jusqu’à la matière diffuse.

    Où prend la matière évoluer et produire les éléments chimiques.
    Ainsi l’univers est infini et sans forme déterminée.
    Ainsi, l’univers se trouve dans contraction et élargissement interne,
    mais non dans expansion et oui dans éloignement infime, se trouve
    dans traduction et rotation, structuration, courants et évolution de
    leurs composantes.
    Comme ils uns commencent son origine, autres se trouvent dans des
    courants et des processus, comme autres déjà se trouvent dans la
    phase finale qui est dans matière diffuse.

    Cosmofísica nucléaire.
    Fusions nucléaires.

    Les fusions nucléaires des étoiles maintient par un bon temps la
    température des astros, avec ceci fait avec que l’univers se traite
    lentement, et puisse maintenir son courant et évolution de la
    matière et des éléments chimiques et aide transforme des éléments
    légers dans lourds, et va produire l’énergie et la dynamique des
    astros, par lesquelles les secondaires plus éloignés possèdent
    petit dynamique et les orbites sont plus irrégulières.
    C’est-à-dire, satellites de planètes, planètes d’étoiles.

    Ainsi, l’univers et son courant et structuration doivent sa production
    d’énergie, comme aussi l’évolution des éléments et la dynamique
    des astros.

    La production d’énergie va déterminer aussi les couches et
    esferificação des astros.
    Univers non expansionniste et non stationnaire.
    Ainsi si confirme que l’univers se trouve dans éloignement infime et
    non dans expansion, et ne se trouve pas garé donc possède rotation,
    traduction, courants, évolution et autres phénomènes.

    Évolutif.
    Il se trouve dans évolution dans sa structure micron et macro, des
    éléments aux astros. Et si éternise comme matière avec densité
    diffuse
    .
    Ce n’est pas courbe et ni droit.
    Commentaire.
    La théorie de energeticidade et de maser qui traite de l’astronomie
    sera présentée dans autre texte. Avec plus de cent et dix formules
    en prouvant les deux théories, donc l’utilisation diamètre, maser,
    température, rotation et vitesse équatoriale. Et utilisation
    n’éloigne pas masse ou gravitation

  6. ruttopequek Says:

    Отличный блог, интересное и полезное содержание!


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 9,517 other followers

%d bloggers like this: